Note de lecture : Qualité Web, la référence des professionnels du web

Note de lecture : Qualité Web, la référence des professionnels du web (le 06/02/2017)

Cela fait des années que je suis le projet Opquast (pour Open Quality Standards), si vous en doutez, voici ce billet antédiluvien qui parle à l’époque des temps anciens d’un projet intéressant à suivre.

Un peu d’histoire

Historiquement, le projet a connu son premier référentiel en 2004, j’avais pu participer modestement à sa création. La version 2 était arrivée quant à elle en 2010, je n’avais pas pu y participer pour tout un tas de raisons. La version 3 est arrivée en 2015, et là, j’ai pu me faire plaisir en proposant, discutant lors de longs échanges passionnants avec les contributeurs du projet.

Le premier livre est sorti il y a 5 années, et c’était un bon cru, comme ce billet le disait : Qualité Web, le livre, première édition.

Alors, posons la question clairement. Qualité Web : stop ou encore ?

Qualité Web, les bonnes pratiques pour améliorer vos sites

Cette nouvelle édition s’organise différemment de la précédente :

  • la première partie présente les bases de la Qualité Web et de son management ;
  • la deuxième partie contient toutes les fiches dédiées aux 226 bonnes pratiques ;
  • la troisième partie présente les autres checklistes (SEO, performances, etc.) ;
  • la dernière partie est une boite à outils pour tous les professionnels (glossaire, outils, références, etc.)

Durabilité

Là c’est mon côté pragmatique qui va vous faire remarquer que ces bonnes pratiques ont un point fort : elles vieillissent très bien. 29 ont été abandonnées ou transformées en recommandations depuis le précédent référentiel, ce qui correspond à environ 13 %. C’est extrêmement peu, pour ne pas dire que dalle.

Vous en connaissez beaucoup des bonnes pratiques que vous pratiquez depuis plus de 10 ans et que vous n’avez pas abandonnées ? Nos métiers ont énormément changé, les pratiques aussi. Et pourtant, ces bonnes pratiques restent là, presque en pied de nez à l’évolution parfois insolemment rapide. Et très peu ont été totalement abandonnées, la plupart ont été placées en simples recommandations (de bons conseils, à garder à l’esprit si elles sont applicables).

Ces bonnes pratiques ne s’intéressent pas aux technologies ni à des objectifs chiffrés, selon les désormais célèbres 10 règles du contributeur Opquast.

Un livre multi-publics

En général, vous ne lirez pas ce livre comme je l’ai fait, c’est-à-dire intégralement (privilège du relecteur). :)

Non pas que je vous déconseille de le lire en entier – c’est très bien écrit et très intéressant – mais selon votre profil ou votre besoin, vous aurez peut-être juste le besoin d’aller consulter une partie (par exemple e-commerce) ou de simplement apprendre d’autres bonnes pratiques.

Ne vous arrêtez pas au côté impressionnant du livre : les bonnes pratiques sont sur des fiches très simples et dans un format très pratique.

Un livre qui diminue « le prix du ticket d’entrée »

En tant que profil ayant plusieurs années d’expérience, j’ai parfois tendance à oublier que des choses qui me sont acquises sont loin de l’être pour des personnes débutantes. Et avec l’explosion des compétences qui partent tous azimuts, il est facile de vite se retrouver débutant. Certains choix techniques ont un coût d’entrée quand on débute qui n’est pas simple.

Quoi qu’on en dise, maintenir un socle d’objectifs, de connaissances et de culture générale aide à garder un ticket d’entrée aussi bas que possible pour travailler sur et dans le Web, et cette idée me plait toujours plus. Les fiches sont écrites dans un langage clair, accessible et précis, et ça fait du bien, bordel !

Disons-le clairement, ce livre ne fera pas de vous un génie dans une technologie donnée, mais ce que j’apprécie, c’est qu’il contribue à nous ramener à l’essentiel : s’occuper des risques et servir les utilisateurs (qui eux se moquent bien qu’on utilise telle ou telle technologie).

Le renforcement de certains domaines

Le mobile et les formulaires se voient étoffés dans cette nouvelle édition. La sécurité se voit également considérablement étoffée pour cette version, en-têtes de sécurité (x-content-type: nosniff, x-frame-option, CSP, etc.). Aller tester un site sur Mozilla Observatory, et vous comprendrez pourquoi ces bonnes pratiques y sont entrées. Mon petit doigt me dit que l’on n’a pas fini de parler de ces sujets de sécurité cette année !

Conclusion

Stop ou encore ? Clairement, encore. Et même plus que jamais. Des années que ces bonnes pratiques tiennent la route et nous guident vers une montée en compétence (et en qualité !), et accessoirement nous permettent de rendre durable notre écosystème.

La marque Opquast s’impose comme la référence, donc autant le dire clairement, si vous croyiez que le titre était un peu mégalomane… il n’en est rien. C’est clairement la bible des professionnels du web, et donc « la référence des professionnels du Web  ». En toute simplicité. Il pose aussi les bases de métiers en voie d’apparition : responsable Qualité Web.

Ce n’est pas pour rien que je suis ce projet depuis le début, et que je compte continuer de m’y impliquer. Bravo la team Temesis et tous ceux qui ont participé à l’écriture de ce bien bel ouvrage !

Pour trouver ce livre incontournable : Qualité web – Le livre, la référence des professionnels – 2e édition.

Permalien :

Flux RSS des commentaires de ce billet : https://www.nicolas-hoffmann.net/rss/commentaires.php?id_news=1703


Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire









L'option « Se souvenir de mes informations » utilise un cookie, elle ne sera pas effective si vous les avez désactivés.

Les balises HTML ne seront pas interprétées, il est donc inutile d'en mettre. Par contre, les sauts de lignes de votre commentaire seront pris en compte, ne mettez donc pas de <br />, le site s'en chargera. Bien sûr, un commentaire vide ne sera pas ajouté !

L'auteur (autrement dit moi) n'est pas responsable des éventuelles fautes d'orthographe dans les commentaires.
Tout propos raciste et/ou insultant sera supprimé sans préavis. Les commentaires hors de propos destinés à faire de la pub pour des sites seront également supprimés sans ménagement.

Je vous prie de me pardonner, j'ai énormément de mal à lire le "langage" SMS, il n'est donc pas du tout interdit de s'abstenir de l'utiliser. Qui plus est, vous avez sûrement un clavier digne de ce nom et pas celui d'un téléphone portable. Ne vous gênez pas pour utiliser l'option "Prévisualiser" si vous voulez vous relire avant de poster, je vous en remercie d'avance !

Cet article a été écrit par Nicolas Hoffmann.

Ce site est la propriété de Nicolas Hoffmann.
Tous droits réservés, les textes du blog sont publiés sous licence CC BY-NC-SA.