Retour sur le premier Opquast Day

Retour sur le premier Opquast Day (le 16/12/2013)

J’ai eu le plaisir d’assister au premier Opquast Day qui a eu lieu à Paris le Vendredi 13 Décembre, dans les locaux de Mozilla. En tout cas, ni les problèmes logistiques (mon avion a eu beaucoup de retard, autant à l’aller qu’au retour), ni le manque de sommeil (concert la veille), ni le feu ni les sauterelles qui m’auront empêché d’apprécier cette journée à sa juste valeur !

Opquast : Open QUAlity STandards

Une journée sur la qualité Web, cela ressemble à quoi ?

Celle-ci a démarré par un simple tour de table des Opquast Partners, qui ont expliqué leur retour d’expérience de la mise en place de la qualité Web. Les profils sont divers et variés, certaines expériences se retrouvent. Même si je n’ai pas encore le plaisir d’en faire partie – pas encore –, à travers les expériences relatées, les problèmes, les réussites, je retrouve ce que je vis en essayant de mettre en place là où je travaille :

  • la réussite de la mise en place de divers points ;
  • les questions et les points délicats ;
  • la mise en marche de la démarche si j’ose dire !

Je constate que la fine équipe de Temesis travaille énormément en sous-marin pour aider ces équipes, du coup, le choix du mot « Partners » prend toute sa dimension. Je suis presque déçu que tout ce travail en sous-marin n’aie pas plus été mis en avant. Donc, je le dis bien haut : montrez le travail que vous avez fait, communiquez dessus ! :)

De nombreux moments sont réservés aux discussions : non sans sourire, je vois que je ne suis pas le seul à haïr Addthis et son code « abomifreux », qu’on se pose souvent le même genre de questions, et que la démarche est motivante.

Entre quelques discussions, je vois tout le credo qui anime mon travail : j’en avais déjà parlé dans la qualité un tramway nommé désir, et que ne fut ma surprise quand une participante me parle d’un retour d’expérience qui reprend mot pour mot mon article :

Ajoutons à cela que le fait de résoudre l’automatisation d’un point est souvent plus amusante que la résolution du point proprement dite : les informaticiens sont de grands joueurs toujours prompts à relever un défi ! Il m’arrive parfois de prendre trois heures pour programmer une routine qui pourrait être faite manuellement en une demi-heure. Néanmoins, si ces trois heures me permettent de gagner un quart d’heure à chaque fois, ce n’est pas une perte de temps, mais juste du temps investi.

Je retrouve également les avantages de cette démarche : quand on mise sur la qualité Web et sa mise en place, cela implique de miser sur les personnes. Pour ma part, j’ai énormément progressé depuis que j’essaie de systématiser cette démarche.

L’univers Opquast

L’autre partie de la journée nous a montré tout l’univers Opquast, ce qui a été fait et ce qui arrive :

  • la checklist Opquast mobile ;
  • les Opquast schools (excellente initiative, les écoles ont beaucoup à gagner à préparer leurs étudiants à la réalité du Web professionnel) ;
  • le retour sur investissement de la qualité Web ;
  • les ponts entre l’accessibilité et la qualité Web ;
  • Opquast websites ;
  • etc.

Pleins de choses sont en marche, et il faudrait être fou pour ne pas s’y intéresser. Cette journée a débloqué pas mal de choses dans ma petite tête, je comprends de mieux en mieux cette démarche, et je pense de plus en plus que c’est la meilleure façon d’aborder les choses en matière de Web.

Je me permets de tirer un coup de chapeau aux Opquast Partners : s’engager publiquement sur la qualité n’est pas facile (particulièrement pour les débutants). Si vous en doutez, faites une expérience : montrez une de vos réalisations, et vous pouvez être sûr qu’il y aura toujours quelqu’un pour pointer une « faiblesse » ou dire qu’il n’aurait pas fait ainsi. Vous aurez beau avoir fait un travail de dingue, on va vous titiller sur le point qui fâche. Et je ne suis pas le seul à déplorer cette attitude : Mike Monteiro dénonçait aussi cette attitude dans son livre « Métier, Web Designer ».

En tout cas, ce premier Opquast Day est assurément une réussite, en tout cas, j’ai été ravi d’y être, et j’en ressors avec la motivation. En prime, j’ai pu croiser plusieurs de mes super-héro(ïne)s du Web, ce n’est que du bonheur. :)

Une citation pour conclure : la sensation que j’ai quand je travaille sur la qualité Web, c’est que je ne fais plus des sites… je fais du Web.

Merci Temesis ! :)

Permalien :

Flux RSS des commentaires de ce billet : https://www.nicolas-hoffmann.net/rss/commentaires.php?id_news=1602

2 commentaires

Posté par Audrey Vittecoq-Laporte le 16/12/2013 à 15:15:16
Très bien résumé ! Une journée comme celle-là (re)donne l'envie de continuer...on se rend compte que nous tenons quelque chose de formidable avec cette approche.
Posté par Nico le 16/12/2013 à 15:33:05
En tout cas, ravi de t'avoir rencontrée, et à bientôt j'espère (sourire)

Ajouter un commentaire









L'option « Se souvenir de mes informations » utilise un cookie, elle ne sera pas effective si vous les avez désactivés.

Les balises HTML ne seront pas interprétées, il est donc inutile d'en mettre. Par contre, les sauts de lignes de votre commentaire seront pris en compte, ne mettez donc pas de <br />, le site s'en chargera. Bien sûr, un commentaire vide ne sera pas ajouté !

L'auteur (autrement dit moi) n'est pas responsable des éventuelles fautes d'orthographe dans les commentaires.
Tout propos raciste et/ou insultant sera supprimé sans préavis. Les commentaires hors de propos destinés à faire de la pub pour des sites seront également supprimés sans ménagement.

Je vous prie de me pardonner, j'ai énormément de mal à lire le "langage" SMS, il n'est donc pas du tout interdit de s'abstenir de l'utiliser. Qui plus est, vous avez sûrement un clavier digne de ce nom et pas celui d'un téléphone portable. Ne vous gênez pas pour utiliser l'option "Prévisualiser" si vous voulez vous relire avant de poster, je vous en remercie d'avance !

Cet article a été écrit par Nicolas Hoffmann.

Ce site est la propriété de Nicolas Hoffmann.
Tous droits réservés, les textes du blog sont publiés sous licence CC BY-NC-SA.