Paris Web 2013… vu de l'orateur

Paris Web 2013… vu de l'orateur (le 19/10/2013)

Je reprends la plume pour vous relater l'événement, mais vu de l'autre côté de l'estrade, autrement dit de l'orateur. Et un peu de l'OpenWeb-ien.

Cette année, j'ai été particulièrement servi côté orateur, vu que je m'y suis retrouvé… à trois reprises !

Trois exercices différents, trois ressentis totalement différents.

L'intégration, ce monde du ça dépend

15 minutes sur un sujet qui me tient à cœur, à savoir :

  • Expliquer que l'intégration est un savant équilibre de pleins de facteurs, parfois même totalement extérieurs à l'intégration proprement dite ;
  • Et qu'une des meilleures façons de progresser en intégration est justement d'aller voir ailleurs que dans ce domaine.

J'ai du mal à cacher que l'immense salle du Palais Brongniart me met mal à l'aise. Autant le forum IBM peut déjà être impressionnant, mais la configuration de ce nouveau lieu… non, je ne m'y fais pas. Le public est étrangement statique. J'en viens même à me demander si je les captive ou si je les emm… dors !

Hé oui, le mythe de l'orateur en position de force en prend un coup, mais voici mon ressenti. Les retours sont pourtant positifs, mais je ne suis pas très content de ma prestation.

J'ai revu la vidéo, même si ma prestation me semble bien moins mauvaise que l'impression que j'ai eue sur scène (ce qui m'a été confirmé par des retours très positifs pour certains), nan, peut-être mieux faire !

J'ai décidé d'arrêter de sauver le monde

Un lightning talk ! Celui-ci ne sera que mon troisième, le second à Paris Web. Curieusement, même si le format est stressant et si tout est fait pour être mis en confiance – on nous présente comme des condamnés –, je suis plus prompt à larguer les amarres et à foncer en mode « berseker ». Gag : je décide de ne pas porter mes lunettes… et je me rends compte, dans la meilleure antre de l'accessibilité, que le chronomètre est en face de moi, mais bien trop loin pour que je le voie clairement ! Accrochez vos ceintures, c'est parti pour un tour de montagnes russes !

Lancé comme un missile lors d'un raid de Doolittle, je fonce comme un taré. J'ai une immense empathie pour les personnes qui assurent la vélotypie, car mon débit a dû être impossible à suivre. Afin de ne pas avoir à gérer le micro, je décide de rester en statique près du portable pour ne pas perdre une seconde avec les slides. La seule carte secrète que j'abats ici, c'est qu'en fait j'ai répété/retravaillé/fignolé au moins 50 fois ce speech durant mes trajets au boulot, avant même de savoir que le sujet était retenu. Bien m'en a pris, car je n'aurais pas pu le préparer en moins d'une semaine.

Finalement, ce sprint de moins de quatre minutes passa bien, je suis bien plus content de ma prestation. Quelques remarques après me confortent : le message est bien passé et certaines personnes ont même adoré. Je tremble comme une feuille avec la descente d'adrénaline, mais tant mieux !

Si vous vous demandez ce que ça peut faire, je n'ai qu'un conseil : essayez et mettez-y vos tripes, foncez sur un sujet qui vous tient à cœur. Dans mon cas, pas de chichis, tout ce que j'ai raconté est du 100% vécu livré sans enrobage, ça permet, si on s'emmêle les pinceaux alors que cela ne doit pas arriver vu le timing, de raccrocher les wagons alors que la locomotive prend feu.

Et si on enrichissait nos frameworks CSS ?

Jamais deux sans trois, cette fois, c'est un atelier, que j'ai eu le plaisir d'animer avec Raphaël Goetter. Ambiance détendue et salle comble. Nous avions pensé faire de petits groupes sur des sujets bien précis, vu le grand nombre de participants, nous avons improvisé complètement différemment : au final, nous lancerons des pistes autour des frameworks CSS, et nous animerons des discussions, retours d'expériences, autant les nôtres que ceux du public.

La bonne humeur ambiante fera passer très voire trop vite ce bon moment. Je fus plutôt content de ces échanges : peu dogmatiques même si certains vieux trolls ont pointé leur nez (classes sémantiques…), plutôt pratiques et pragmatiques au final. Même si les participants ont des expériences bien différentes, j'ai pu voir que les participants se posent plus ou moins les mêmes questions, ce qui montre que la réflexion de l'état de l'art est loin d'être au point mort, et c'est très bien. J'aurais vraiment aimé approfondir quelques sujets, mais ce n'est pas grave, ce n'est que partie remise.

Une surprise : certaines personnes dans le public nous font la remarque que « nous avons partagé ce que nous avons fait », comme s'il y avait une différence entre nous et les autres.
Je l'ai déjà dit, mais je le répète : la seule différence entre l'orateur et le public, c'est que l'orateur ose juste se lancer, il a autant peur que les autres.

La seule différence est que nous avons proposé en ligne nos réflexions autour de CSS au lieu de les garder pour nous. Comme je l'ai dit, je ne pensais pas que RÖCSSTI intéresserait du monde. Et pourtant, puisqu'on m'a demandé de le faire, c'est bien qu'au moins une personne a été intéressée. Alors, pourquoi personne ne serait intéressé par vos réflexions ? Et vous croyez que les orateurs ne se sont jamais plantés eux ?

Ah, et au fait, « ça dépend ».

Le point de vue de l'OpenWebien qui sommeille en l'orateur

Curieusement, ce renouvellement que je constatais dans le billet précédent se ressent aussi en tant qu'orateur : des questions que nous nous sommes déjà posées resurgissent. Est-ce un mal ou un bien ? Je n'ai pas d'avis tranché sur le sujet.

Un regret, surtout sur l'atelier : j'ai ouï dire – malheureusement à posteriori – que des débutants n'ont pas osé poser certaines questions et espéraient voir des démos des micro-frameworks. Je le redis, n'ayez pas peur de venir nous trouver si vous vous posez des questions. Je connais très peu d'orateurs à Paris Web qui rechignent à discuter… pour tout dire, je n'en connais pas. Et pour en revenir à RÖCSSTI, le t-shirt annonçait le nouveau logo, et un nouveau site complet se prépare, qui j'espère répondra à cette demande.

Chaque année, je fais le même constat : le web francophone a vraiment de quoi dire, et je trouve vraiment dommage qu'il se pose autant de questions avant d'écrire des articles par exemple. Ce qui m'inquiète encore plus est qu'il devienne incapable de faire ses propres expériences et de penser en dehors du Web anglophone : non pas que ce dernier ne soit pas intéressant (bien au contraire), mais se pâmer devant les articles anglais alors que certaines problématiques ont déjà été abordées dans de bons articles francophones… non, j'ai du mal.

Qui plus est, quel que soit l'article et/ou l'auteur, le motto « ça dépend » devrait nous inviter à prendre ce qu'il y a à prendre sans pour autant abandonner notre esprit critique, et sans pour autant relativiser le propos.

Permalien :

Flux RSS des commentaires de ce billet : https://www.nicolas-hoffmann.net/rss/commentaires.php?id_news=1591

2 commentaires

Posté par Gaël le 21/10/2013 à 9:19:21
C'est presque amusant d'avoir ton impression sur le rôle d'orateur, ça encourage à tenter l'aventure (sourire)

Concernant ta dernière partie, il faut souligner qu'énormément de ressources anglophones omettent littéralement des bonnes pratiques d'accessibilité notamment ( a href="#" mon amour <3 ) alors que des francophones donnent plein d'exemples fonctionnels (le blog d'Atalan par exemple).

Mangez Français, c'est du bon (grand sourire)

Posté par Nico le 07/11/2013 à 16:19:40
+1 pour les ressources anglophones qui sabrent l'accessibilité. (sourire)

Ajouter un commentaire









L'option « Se souvenir de mes informations » utilise un cookie, elle ne sera pas effective si vous les avez désactivés.

Les balises HTML ne seront pas interprétées, il est donc inutile d'en mettre. Par contre, les sauts de lignes de votre commentaire seront pris en compte, ne mettez donc pas de <br />, le site s'en chargera. Bien sûr, un commentaire vide ne sera pas ajouté !

L'auteur (autrement dit moi) n'est pas responsable des éventuelles fautes d'orthographe dans les commentaires.
Tout propos raciste et/ou insultant sera supprimé sans préavis. Les commentaires hors de propos destinés à faire de la pub pour des sites seront également supprimés sans ménagement.

Je vous prie de me pardonner, j'ai énormément de mal à lire le "langage" SMS, il n'est donc pas du tout interdit de s'abstenir de l'utiliser. Qui plus est, vous avez sûrement un clavier digne de ce nom et pas celui d'un téléphone portable. Ne vous gênez pas pour utiliser l'option "Prévisualiser" si vous voulez vous relire avant de poster, je vous en remercie d'avance !

Cet article a été écrit par Nicolas Hoffmann.

Ce site est la propriété de Nicolas Hoffmann.
Tous droits réservés, les textes du blog sont publiés sous licence CC BY-NC-SA.