Paris Web 2013, ça dépend

Paris Web 2013, ça dépend (le 15/10/2013)

La huitième édition de Paris Web s'est à peine achevée, et je prends la plume digitale – pardon numérique – pour relater l'événement.

Assurément, cette cuvée est celle du renouvellement. Nouveaux lieux, nouvelles têtes, nouveaux sujets. Dans la continuité néanmoins, car nous avons eu droit à un retour en force de l'accessibilité sur le devant de la scène, et les fondamentaux sont toujours là.

Les conférences

Le Palais Brongniart est un lieu somptueux, l'ancien temple de la bourse de Paris m'a ravi les yeux ainsi que fait bien monter le sang aux tempes, mais ça, c'est le privilège des orateurs. Je raconterai cette histoire plus tard.

À n'en pas douter, les sujets de cette année montrent l'évolution du métier : toujours plus d'enjeux, toujours moins de vérités absolues.

Je pourrais citer notamment la conférence sur « l'esthétique du Web qui rouille », qui pose si simplement des questions aux réponses beaucoup moins évidentes :

  • Quid du testament numérique ?
  • Quid de la survie et de la conservation de nos données à plus ou moins long terme ?

Je pourrais citer toutes les conférences que j'ai pu suivre, mais je m'en abstiendrai, car aucune ne m'a déçu.

Back to basics

En tout cas, ce retour aux sources et aux fondamentaux (de Paris Web) se voit également dans certains sujets : hautement pointus quand il s'agit d'expliquer le pourquoi du comment, et incroyablement simples dans leurs conclusions –  simples, et non simplistes.

Je pense notamment à Steve Faulkner et Jean-Pierre Villain, qui, suite à des démonstrations impressionnantes tirées respectivement de leur immense savoir, arrivent à la conclusion qu'utiliser simplement les balises à bon escient permet déjà tant de choses… (enfin j'essaie de simplifier le propos !)

Si ce Back to basics peut déplaire aux avides de sujets toujours plus pointus, je pense qu'il est non seulement souhaitable, mais même nécessaire.

Je suis un éternel débutant

En tout cas, ce qui est toujours bon à Paris Web, c'est qu'une simple discussion me rappelle combien je suis débutant, même avec 10 ans de métier : en me rendant aux conférences, j'ai eu le plaisir de discuter Web Sémantique avec un expert dans le domaine, je constate que d'immenses choses sont en mouvement, et dont je ne connais qu'une mince partie.

Après, de nombreux retours d'expériences (techniques et humains) viennent enrichir et cultiver ce partage, cette générosité ambiante. Ajoutons à cela que le fait de faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux permet de garder cette ambiance généreuse intacte.

Sinon, je reconnais que l'effet « wouahou » se produit moins durant les conférences sur mon domaine de prédilection, à savoir l'intégration, mais dans les sujets connexes que je ne maitrise que peu. Régulièrement, quand j'hésite entre deux conférences, je me décide à aller voir celles dont le sujet m'échappe beaucoup. Je suis rarement déçu.

D'ailleurs, même les conférences sponsors de Paris Web sont de très haute volée : on échappe ici au « bonjour, avec mon sourire de 84 dents, je viens vous vendre ma solution », et c'est très bien. Mention spéciale à Opquast et Microsoft qui ont été particulièrement de haute volée, chacun dans leurs sujets.

Le paradoxe du choix

Curiosité ou simple coïncidence, un sujet légèrement décalé parlait du paradoxe du choix. Avoir trop de choix paralyse et frustre, selon Anne Lacan.

En filigrane, nous n'avons jamais autant été mis face à nos responsabilités. Nos choix impactent durablement et profondément le métier et notre environnement. Personnellement, j'y vois un nouveau pas : on ne traite plus que de la technique en soi, mais de l'approche et de la réflexion qui est derrière. C'est intéressant, car cela permet de confronter des opinions, souvent bien plus pesées que l'on ne croit.

Le choix ne devrait pas nous paralyser, bien au contraire, il devrait être un moteur : avoir le choix, c'est pouvoir.

En conclusion

Je pense que tant que Paris Web arrivera à mêler avec un bon équilibre ces enjeux, ces sujets en filigrane, ces parties obscures, et ces retour d'expériences sans négliger les débutants, la pérennité de l'événement sera assurée. C'est un fragile équilibre qui n'est pas toujours simple à trouver. Le staff a encore assuré, je le remercie encore pour tout ce travail.

Le billet de l'orateur et du co-directeur d'OpenWeb va suivre d'ici peu…

Permalien :

Flux RSS des commentaires de ce billet : https://www.nicolas-hoffmann.net/rss/commentaires.php?id_news=1590

4 commentaires

Posté par STPo le 15/10/2013 à 11:33:58
Amen.
Posté par Stéphane Deschamps le 15/10/2013 à 14:00:28
HAHA lui il a que dix ans de métier, hé,le newbie !
Posté par Gaël le 15/10/2013 à 16:22:46
Dire que j'y étais avec mes yeux écarquillés de newbie, justement (sourire) Les rencontres m'ont fait un effet "Wahou", moins les conférences en effet.

Mais j'ai hâte de lire le billet de l'orateur, qui risque d'être plus lyrique !
Posté par galex-713 le 20/10/2013 à 14:27:14
Ah si seulement j’avais pas été averti le jour précédent… si seulement je m’étais mieux renseigné sur cet évènement… je serais pas rentré chez moi sans rien avec un « Vous vous êtes inscrit ? […] Mais vous avez le chèque de 30€ au moins ? »… T-T
Rien que le titre de certaines conférences faisait rêver…

Ajouter un commentaire









L'option « Se souvenir de mes informations » utilise un cookie, elle ne sera pas effective si vous les avez désactivés.

Les balises HTML ne seront pas interprétées, il est donc inutile d'en mettre. Par contre, les sauts de lignes de votre commentaire seront pris en compte, ne mettez donc pas de <br />, le site s'en chargera. Bien sûr, un commentaire vide ne sera pas ajouté !

L'auteur (autrement dit moi) n'est pas responsable des éventuelles fautes d'orthographe dans les commentaires.
Tout propos raciste et/ou insultant sera supprimé sans préavis. Les commentaires hors de propos destinés à faire de la pub pour des sites seront également supprimés sans ménagement.

Je vous prie de me pardonner, j'ai énormément de mal à lire le "langage" SMS, il n'est donc pas du tout interdit de s'abstenir de l'utiliser. Qui plus est, vous avez sûrement un clavier digne de ce nom et pas celui d'un téléphone portable. Ne vous gênez pas pour utiliser l'option "Prévisualiser" si vous voulez vous relire avant de poster, je vous en remercie d'avance !

Cet article a été écrit par Nicolas Hoffmann.

Ce site est la propriété de Nicolas Hoffmann.
Tous droits réservés, les textes du blog sont publiés sous licence CC BY-NC-SA.