La réalité du développeur et la réalité du client

La réalité du développeur et la réalité du client (le 04/01/2013)

En cours de physique quand je faisais mes études supérieures, un prof m'a dit une fois à propos de trucs très compliqués (genre des équations différentielles auxquelles je cherchais solution) :

« Ne te prends pas la tête, aborde le problème d'un point de vue physique, pas mathématique. Genre si tu cherches une masse, les solutions négatives n'ont pas de sens, donc tu peux truander la résolution du problème ».

Remarque pleine de bon sens ! Pourquoi cette anecdote ?

Il y a quelques jours, un client m'appelle pour me demander un export de la base de données de son site Web, dans le but de vérifier avec son CRM si les deux bases coïncident bien.

Je fais un export rapide, le mets très brièvement en forme et lui envoie. Une journée se passe… et je reçois un e-mail m'indiquant que certains clients dans son CRM ne sont pas dans la base du site Web.

Surpris car ayant fait plusieurs consolidations il y a un an sur cette base, je décide d'enquêter et lui demande de me signaler plus précisément les problèmes. Je reçois mon propre export avec des entrées incriminées.

Je vérifie, effectivement, à première vue, les entrées signalées sont problématiques. Mon premier réflexe, ayant consolidé cette base moi-même un an plus tôt, est d'imaginer que ce sont de vieilles entrées. Pourtant, un point me choque : les entrées ont des dates de validité plutôt variées, et bon nombre d'entre elles devraient même être valides actuellement.

Or, si je transpose en langage courant : si un client a payé et n'a pas son accès, vous pouvez être sûr qu'il va – et il aura raison – hurler littéralement. Alors plusieurs, imaginez !

Je pousse mes recherches plus avant, et je découvre que ces entrées sont bien dans la base de données, mais juste que le client s'était trompé dans ses comparaisons entre sa base et la mienne.

Pourquoi cette histoire ?

Il arrive que la réalité du développeur et la réalité du client puissent être différentes, là où le développeur ne voit que des id et des enregistrements, le client voit son activité. Si vous voulez éviter des discussions stériles, il est important de parler le même langage, ou à défaut, de traduire votre langage dans le sien, et réciproquement.

Là, sur cette histoire, coquin de sort, c'est l'inverse qui s'est produit : le client a scruté une base avec l'œil d'un développeur sans transcrire cela dans le monde réel, en a résulté une aberration qui m'a sauté aux yeux, car justement j'ai transcrit cela en réalité « physique ».

Parfois les systèmes très complexes ne permettent pas ou très difficilement cette transposition… et c'est bien dommage. Cela permet au développeur de prendre du recul sur son travail et de lui faire sauter au visage les choses incongrues ou impossibles. Il va donc pouvoir alerter le client ou son supérieur de ces problèmes.

J'y vois un parallèle avec l'anecdote énoncée au début de ce billet, aborder les problèmes avec une solution physique permet d'éviter des solutions justes programmatiquement, mais qui n'ont aucun sens pour un utilisateur « réel ».

Encore un manifeste pour programmer des systèmes simples et naturels, le KISS en somme !

Permalien :

Flux RSS des commentaires de ce billet : https://www.nicolas-hoffmann.net/rss/commentaires.php?id_news=1528

2 commentaires

Posté par Jojo le 08/01/2013 à 10:52:47
Tu devrais venir expliquer ça dans ma boite, une approche simple des choses, ça serait le changement de culture (sourire)
Posté par Nico le 15/01/2013 à 9:23:50
A croire qu'il est impossible de faire simple (sourire)

Ajouter un commentaire









L'option « Se souvenir de mes informations » utilise un cookie, elle ne sera pas effective si vous les avez désactivés.

Les balises HTML ne seront pas interprétées, il est donc inutile d'en mettre. Par contre, les sauts de lignes de votre commentaire seront pris en compte, ne mettez donc pas de <br />, le site s'en chargera. Bien sûr, un commentaire vide ne sera pas ajouté !

L'auteur (autrement dit moi) n'est pas responsable des éventuelles fautes d'orthographe dans les commentaires.
Tout propos raciste et/ou insultant sera supprimé sans préavis. Les commentaires hors de propos destinés à faire de la pub pour des sites seront également supprimés sans ménagement.

Je vous prie de me pardonner, j'ai énormément de mal à lire le "langage" SMS, il n'est donc pas du tout interdit de s'abstenir de l'utiliser. Qui plus est, vous avez sûrement un clavier digne de ce nom et pas celui d'un téléphone portable. Ne vous gênez pas pour utiliser l'option "Prévisualiser" si vous voulez vous relire avant de poster, je vous en remercie d'avance !

Cet article a été écrit par Nicolas Hoffmann.

Ce site est la propriété de Nicolas Hoffmann.
Tous droits réservés, les textes du blog sont publiés sous licence CC BY-NC-SA.