Paris Web, une année de l'ombre à la lumière

Paris Web, une année de l'ombre à la lumière (le 22/10/2012)

Un soir, une maison, un couple ordinaire.

– « Je veux vivre » dit un mari à sa femme, qui le regarde.

Vous savez qu'une année va être particulière quand elle commence comme ça. Et ce « ça », c'est ce que moi, un homme, jeune papa, j'ai dit à ma femme… quand on m'a annoncé un cancer.

Sans peur, car cela ne servait à rien tant que je n'en savais pas plus, sans excès de confiance non plus. Sans culpabilité, sans rien. Juste un vœu.

Le plus étrange, quand vous prononcez le mot cancer, c'est la réaction des gens. Ils s'excitent, projettent et curieusement, je me retrouve à gérer leurs peurs. C'est pas de leur faute, mais c'est curieux quand on y pense : normalement, c'était à moi d'avoir peur, pas à eux (?). Après, on m'a dit que je ne réagissais pas comme tout le monde, que je prenais ça incroyablement bien. Les gens « normaux » s'effondrent, paraît-il. Je me dis que c'est dû au produit de contraste du scanner, ça a dû me transformer en X-Men, car je vois pas en quoi je ne serais pas « normal », à l'instar d'un certain président.

Mon expérience de cela étant limitée, je vais le croire sur parole, vu que j'ai l'air de me démerder pas mal. D'ailleurs, j'en suis guéri jusqu'à nouvel ordre.

Je lance un appel, au nom de ceux qui gèrent cela moins bien : donnez du soutien, une présence, ce que vous voulez, c'est bien… mais gardez vos peurs. Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour eux.

Et finalement, cette convalescence légère aura été bénéfique pour mes yeux, enfin, indirectement. Vu que mes yeux fatiguent vite quand les contrastes sont insuffisants, j'ai pu faire des recherches et écrire un bel article en début d'année pour un site nommé OpenWeb sur les contrastes de textes. J'ai participé modestement à une traduction d'un appel qui me semblait important à propos d'une histoire de préfixes.

Après la convalescence revient le travail. C'est un plaisir, vu que j'adore mon travail. Et cette année, je me suis dit, allez, j'envoie quelques propositions de sujets à des conférences, pour l'amusement. Hormis Paris Web 2011 et Chambé-Carnet sur l'accessibilité, les deux en spectateur, je n'en avais fait aucune jusqu'à présent.

Au final, je me retrouve pris dans le tourbillon de ma passion :

  • La Conférence Romande sur l'Accessibilité du Web, qui sera la seule où je serai uniquement en simple spectateur !
  • La Kiwi partÿ et une présentation sur jQuery Mobile,
  • Sud Web et un petit speech sur le web ouvert et cette histoire de préfixes,
  • Chambé-Carnet à propos du web mobile,
  • Et le grand chelem, 4 minutes à Paris Web. Une discussion éclair en bon français.

À chaque fois, l'adrénaline de parler devant un auditoire, l'occasion de rencontrer des gens biens, passionnés, d'ailleurs, je retrouve plusieurs fois des visages connus, et j'en apprécie de nouveaux. Ce petit monde du Web bien fait me fascine. Nous nous connaissons plus ou moins tous.

Chose qui me ravit, OpenWeb a pris un nouveau départ grâce à l'élaboratoire de Sud Web. J'ai toujours été passionné par cette idée du web, ou devrais-je dire cet idéal, que je trouve magnifiquement incarné par ce site. « Bien faire le Web », en quatre mots je résume mon attrait pour le Web. Ce sont des valeurs, une motivation, un travail bien fait, une qualité, un plaisir. Sans aucun angélisme.

D'ailleurs, j'ai retrouvé bon nombre de ces gens passionnés et passionnants. L'édition 2011 de Paris Web m'avait déjà beaucoup plu, cette édition 2012 est du même acabit. De nouveaux visages à ajouter à cette fresque. Ce lightning talk qui m'a bien fait accélérer le rythme cardiaque (j'y reviendrai dans un autre billet). Cette surprise d'un titre de co-directeur du projet OpenWeb.

Hors du temps, avec cette année mouvementée, j'ai eu l'impression de ne pas tourner à la même vitesse, c'est pourquoi ce Paris Web a été étonnamment plus intimiste pour moi.

On dit que chaque personne a son histoire ou son anecdote à Paris-Web. C'était la mienne, c'était mon année 2012.

Et encore, elle n'est pas finie. Des articles, un RÖCSSTI qui va changer une fois de plus la façon dont j'aborde mon métier, des idées, des projets, encore des idées, et OpenWeb plus qu'hier moins que demain.

Je veux vivre, disais-je en début d'année.
Je vis.
Bien.

Permalien :

Flux RSS des commentaires de ce billet : https://www.nicolas-hoffmann.net/rss/commentaires.php?id_news=1507

7 commentaires

Posté par Victor Brito le 22/10/2012 à 19:56:59
Et ta présence à la Conférence Romande sur l'Accessibilité du Web, ce fut grâce à qui ? (clin d’oeil)

Pour le reste, je te conseille, si ce n'est déjà fait, d'écouter en boucle L'Envie de Johnny Hallyday : « Qu'on me donne l'envie ! L'envie d'avoir envie… » (clin d’oeil)

Sur ce, prêt à tenter de nouveau le grand chelem en 2013 ?
Posté par Laetitia le 22/10/2012 à 20:47:33
Ton post m'a scotche. A bientôt Nicolas (sourire)
Laetitia
Posté par Pierre le 22/10/2012 à 21:15:49
Hello Nicolas, très beau post.
Sincère et humain comme toi IRL. (grand sourire)

J'ai compris il y a quelques années qu'on est maître des règles du jeu de sa vie a condition de faire ce choix là.
Je voit que tu en as fait ce choix alors je te souhaite une bonne continuation à 200%.

Si tu cherches des gens qui ont envie de vivre comme toi ne cherche plus, nous sommes la. (clin d’oeil)

À bientôt,
Pierre
Posté par Tomek / Ouik le 22/10/2012 à 21:31:59
Salut Nicolas,

Très touché par ton billet.

Et heureux d'avoir pu échanger avec toi durant ce Paris-Web. Heureux de vivre et de rencontrer des gens vivants et passionnés comme toi. (sourire)

Posté par Thomas le 22/10/2012 à 21:37:46
Quelle sincérité et transparence !

C'était un plaisir de te rencontrer cette année.
J'ai hâte de remettre ça en 2013 (sourire)

A bientôt,
Thomas.
Posté par Domi73 le 25/10/2012 à 18:59:01
Salut fiston,
Tu as oublié une petite conférence du mois de juin où
tu as scotché pas mal d'autorités et certaines personnes de ton auditoire étaient émues aux larmes
Bises
Posté par Nico le 25/10/2012 à 20:54:10
Victor : et pourquoi pas ? (sourire)

Tous : merci !

Papa : affronter des autorités militaires, ça n'est pas effrayant pour faire un hommage dignement mérité à son père. (clin d’oeil)

Ajouter un commentaire









L'option « Se souvenir de mes informations » utilise un cookie, elle ne sera pas effective si vous les avez désactivés.

Les balises HTML ne seront pas interprétées, il est donc inutile d'en mettre. Par contre, les sauts de lignes de votre commentaire seront pris en compte, ne mettez donc pas de <br />, le site s'en chargera. Bien sûr, un commentaire vide ne sera pas ajouté !

L'auteur (autrement dit moi) n'est pas responsable des éventuelles fautes d'orthographe dans les commentaires.
Tout propos raciste et/ou insultant sera supprimé sans préavis. Les commentaires hors de propos destinés à faire de la pub pour des sites seront également supprimés sans ménagement.

Je vous prie de me pardonner, j'ai énormément de mal à lire le "langage" SMS, il n'est donc pas du tout interdit de s'abstenir de l'utiliser. Qui plus est, vous avez sûrement un clavier digne de ce nom et pas celui d'un téléphone portable. Ne vous gênez pas pour utiliser l'option "Prévisualiser" si vous voulez vous relire avant de poster, je vous en remercie d'avance !

Cet article a été écrit par Nicolas Hoffmann.

Ce site est la propriété de Nicolas Hoffmann.
Tous droits réservés, les textes du blog sont publiés sous licence CC BY-NC-SA.