Du web au naturel, du web « bio »

Du web au naturel, du web « bio » (le 04/03/2012)

Il est une chose dont j'ai l'intime conviction en matière de développement et d'intégration web, c'est qu'il faut rester le plus proche possible du fonctionnement naturel des divers éléments ainsi que de la simplicité.

J'ai vu certains projets (où le choix des outils était imposé avant même de se poser la question s'ils étaient adaptés, un comble !!!) se casser lamentablement la figure : l'outil n'étant pas adapté, pas assez personnalisé, inutilement complexe… il ne remporte pas l'adhésion de son gestionnaire, ce qui freine les mises à jour, les utilisateurs le sentent, et on arrive à un échec ou à un abandon.

Il serait facile de croire que c'est totalement impossible que les outils soient choisis avant même d'étudier les différents choix, néanmoins c'est parfois une réalité : les choix sont faits de manière totalement irrationnelle, parfois même en dépit du bon sens, les critères étant du genre :

  • j'ai entendu qu'on pouvait tout faire avec « mettez ici ce que vous voulez »,
  • bon bin on va migrer sur « mettez ici ce que vous voulez », j'ai bossé chez truc et bidule, ils ont ça,
  • le PDG de la boite a joué au golf avec untel, on va migrer sur leur système,
  • etc.

Sans rentrer dans le détail, ce qui est facile à critiquer chez un décideur (qui par définition n'y connaît rien) ne doit pas occulter que les techniciens font aussi parfois la bêtise de choisir un outil qui leur plaît à eux… sans nécessairement plaire au client.

Cet aparté étant posé, revenons à notre propos : l'idée du fonctionnement naturel fera peut-être « ting » chez les experts en sémantique – et à juste titre – qui diront que chaque balise HTML a son cas d'utilisation précis, toutefois mon propos se veut plus généraliste : à mon avis, une des clés d'un web de qualité est dans l'utilisation simple des « choses qui sont prévues pour ». En soi, détourner l'utilisation n'est pas toujours une mauvaise chose, mais il faut s'attendre à se compliquer la tâche, donc il faut avoir une très bonne raison de le faire.

Et si ces choses n'existent pas, c'est aux professionnels de les inventer, sans céder à la facilité de rapiécer un autre système.

Définitivement, une erreur que je vois trop souvent : le système dicte le fonctionnement au client. Cela devrait être le contraire. Que le client fasse quelques efforts pour gérer son site, c'est normal, il doit apprendre. Que ça ne lui semble pas naturel même au bout d'un certain temps, c'est qu'il y a quelque chose qui pêche.

De ma petite expérience, les projets qui réussissent et qui vivent longtemps sont ceux qui ont été conçus avec simplicité pour le gestionnaire du site et pour son public bien sûr, et qui collent le plus possible à la réalité. J'ai pour coutume de dire à mes clients qu'il est important voire critique d'être capable d'énoncer les choses avec une grande simplicité. Même et surtout si elles peuvent être très techniques, il est indispensable de pouvoir les vulgariser.

Un des plus grands plaisirs de mon métier, c'est quand je discute avec un client dont j'ai fait le site il y a plusieurs années, et qui me dit : « c'est toujours un plaisir de m'occuper de mon site, et qu'est-ce que ça me fait gagner comme temps ! ».

Là, je me dis que j'ai bien fait mon boulot. Quand j'entends en plus « et mes clients en sont enchantés », là, je suis ravi.

Permalien :

Flux RSS des commentaires de ce billet : https://www.nicolas-hoffmann.net/rss/commentaires.php?id_news=1458

5 commentaires

Posté par Alf le 05/03/2012 à 18:26:23
Rien à ajouter (sourire)
Que de bon sens et que de vécu, en ce qui me concerne !

J'ai déjà entendu :
"j'ai entendu qu'on pouvait tout faire avec « mettez ici ce que vous voulez »" et
"bon bin on va migrer sur « mettez ici ce que vous voulez », j'ai bossé chez truc et bidule, ils ont ça" comme beaucoup de techniciens.

Et la simplicité est ce qu'il manque dans beaucoup de projets. Malheureusement pour nous (développeurs), tout le monde n'a pas le "gène" de la pédagogie pour "vulgariser" les choses.
Posté par Nico le 05/03/2012 à 22:07:56
Héhé, ça me rassure, je vois qu'on entend les mêmes bêtises ! (sourire)

Ça me parait juste indispensable de pouvoir vulgariser ceci dit.
Posté par ayben le 06/03/2012 à 4:48:15
Bonjour,

Le choix technologique au début ou lors de la migration d'un projet s'avère effectivement être une variable influençable par des critères injustifiés la plupart du temps, mais une autre couche de complication en deçà du couple thechnologie/besoin existe et résulte de l'architecture exploitée sur cette technologie, ou en d'autre terme de la maîtrise de cette techno et des bonnes pratiques devant être appliquées dessus.

En d'autres termes, même quand le choix technologique est tortillé, une architecture optimisée peu absorbée une grande partie de la complexité existante, or ceci implique une maîtrise accrue des outils utilisés, ce qui implique également l'usage de profiles expérimentés, ce qui nous renvoi à un budget haut, ce qui forcément nous renvoi à un client qui paiera plus.

Ce client est il donc près à payer plus pour avoir un travail optimisé? c'est la question à se poser réellement.
Posté par Alf le 06/03/2012 à 7:01:34
Les questions qu'il faut surtout se poser sont :

"L'outil utilisé est-il réellement adapté au besoin du client ? Ou le client fait-il juste "un caprice" pour utiliser cet outil car c'est "la mode" ?"

Je suis confronté au paradoxe du "client qui doit s'adapter à l'outil" quasiment quotidiennement, faute de bons choix au début du projet...
Posté par Nico le 06/03/2012 à 7:19:20
Ayben : en effet, c'est un deuxième choix très important. Ceci dit, à mon sens, les profils expérimentés travaillent plus vite, et le surcoût que vous évoquez n'est pas si massif que cela. En tout cas, je le constate en intégration CSS.

Alf : je vois aussi beaucoup de caprices, des clients dont le besoin se résume à gérer quelques pages se retrouvent avec des systèmes lourdingues là où une gestion adaptée aurait été "lumineusement plus simple". Le pire, c'est que tous les clients qui acceptent de me faire confiance sur des outils plus simples (mais pas simplistes) reconnaissent que ça fonctionne bien mieux que leurs lourds systèmes.

Ajouter un commentaire









L'option « Se souvenir de mes informations » utilise un cookie, elle ne sera pas effective si vous les avez désactivés.

Les balises HTML ne seront pas interprétées, il est donc inutile d'en mettre. Par contre, les sauts de lignes de votre commentaire seront pris en compte, ne mettez donc pas de <br />, le site s'en chargera. Bien sûr, un commentaire vide ne sera pas ajouté !

L'auteur (autrement dit moi) n'est pas responsable des éventuelles fautes d'orthographe dans les commentaires.
Tout propos raciste et/ou insultant sera supprimé sans préavis. Les commentaires hors de propos destinés à faire de la pub pour des sites seront également supprimés sans ménagement.

Je vous prie de me pardonner, j'ai énormément de mal à lire le "langage" SMS, il n'est donc pas du tout interdit de s'abstenir de l'utiliser. Qui plus est, vous avez sûrement un clavier digne de ce nom et pas celui d'un téléphone portable. Ne vous gênez pas pour utiliser l'option "Prévisualiser" si vous voulez vous relire avant de poster, je vous en remercie d'avance !

Cet article a été écrit par Nicolas Hoffmann.

Ce site est la propriété de Nicolas Hoffmann.
Tous droits réservés, les textes du blog sont publiés sous licence CC BY-NC-SA.